Toutes les cartographies que je dresse représentent mon corps, un corps ; finalement le même pour tout le monde.

Mais « Tout le monde » oblitérait d’autres mondes – au moins un.

Dans l’autre monde – un autre monde peut-être – une partie de ma conscience me susurrait que je devais incessamment fouiller.

Disséminés de la cave au grenier, il y avait les éléments épars d’un théâtre de marionnettes, un castelet, comme on l’appelle.

Salement brodé à l’intérieur de la gaine d’un guignol de bois était inscrit :

"T'es ta queue".  dAVID nOIR _ 1918
Mon corps - Ma carte -David Noir

Chemin faisant – Mon corps

 

 

Ailleurs : Les camps de l’Amor

Scrap_Dorian Gay - David Noir

Scrap_Dorian Gay – David Noir

Méchant si je ne parle pas. Si je ne communique pas. Coupable.

Un fort besoin d’écrire ou de penser ?

Il suffit que le temps soit clément.

Qu’il n’y ait pas trop d’horreurs. Oui, mais il y en a tant.

Améliorer. Rendre meilleur.

Qu’est-ce qui m’afflige ?

Un prétexte à mes textes. L’Histoire va à vau-l’eau.

Se reprendre. Où niche la mélancolie ?

La tristesse va bon train. Vers où ?